Depuis 2014, les territoires ruraux de région Centre mettent en œuvre la 5ème génération LEADER (« Liaisons Entre Action de Développement de l’Economie Rurale »). Ce dispositif européen, à l’œuvre depuis 1990, accompagne les initiatives locales en faveur du développement rural, en misant pour cela sur le droit à l’innovation, la créativité, la durabilité et la mise en réseau des acteurs.

Plus de 23 millions d’euros ont ainsi été réservés par le Conseil régional Centre-Val de Loire, autorité en charge de la gestion des fonds européens pour la mise en œuvre des programmes LEADER. 23 territoires, couvrant l’essentiel de l’espace régional, ont été retenus comme GAL, Groupes d’Action Locale, après avoir justifié d’une stratégie de mise en œuvre cohérente, transversale et partenariale.

Celle-ci, tout en respectant les 5 thématiques régionales prioritaires, est conçue « sur-mesure », en fonction des besoins et des ambitions des acteurs locaux.

Dès lors, LEADER couvre un large spectre d’interventions : tourisme, structuration de filières économiques locales, transition énergétique et écologique, services et accueil des populations, etc. A l’origine du dispositif, l’Europe souhaite donner les moyens, notamment aux porteurs de projet privés, de concrétiser des actions ambitieuses, originales et fédératrices et finance directement 80% de l’enveloppe de subventions publiques allouées.

Le « faire ensemble » constitue une condition de réussite incontournable du dispositif. La gouvernance du programme et des actions fait ainsi une large place aux acteurs de la société civile (chefs d’entreprises, agriculteurs, habitants, associations, etc.).

Dans le même sens, au sein de l’instance de décision locale (le Comité de programmation), les acteurs privés – majoritaires – participent directement aux côtés des élus, à la sélection des actions à financer. Le partenariat, c’est aussi la coopération interterritoriale, composante indispensable de la stratégie de chaque GAL et pour laquelle des crédits spécifiques sont alloués.

Pour répondre à ces objectifs, une équipe d’animation est spécifiquement dédiée à l’accompagnement des porteurs de projets sur chaque territoire. De la première idée, au montage administratif et financier, les animateurs LEADER sont sur le terrain pour que l’Europe s’incarne dans tous les territoires.

Les travaux conduits avec les animateurs LEADER

Plusieurs groupes de travail (évaluation, communication, coopération) ont été mis en place avec des animateurs de GAL pour produire des guides méthodologiques ou des outils destinés à tous les territoires LEADER de la région.

Production du groupe de travail évaluation : La création d’un référentiel d’évaluation au cœur du travail commun entre territoires LEADER

5 territoires LEADER de la région Centre val de Loire se sont portés volontaires pour élaborer collégialement le référentiel d’évaluation régional du dispositif. Les 29 mai et 14 juin dernier, les référents des GAL (Groupe d’Acteurs Locaux qui gèrent le programme LEADER sur le territoire) se sont appropriés les concepts et étapes des méthodes d’évaluation, en vue de contribuer à l’évaluation régionale. L’ambition ? Que l’évaluation ne soit plus perçue comme une contrainte mais comme un atout essentiel pour améliorer la dynamique locale et régionale !

Pour le groupe de travail, il s’agit de tirer un premier bilan à mi-parcours du programme LEADER, afin de répondre aux obligations réglementaires européennes, mais également de s’interroger sur les modes de réalisation, les besoins et la cohérence des actions conduites. Les territoires qui ont participé,

Le Pays du Chinonais, le Pays Castelroussin, le PETR Forêt d’Orléans-Loire-Sologne, le GAL Val de Loire-Chambord ainsi que le Pays de Vierzon confirment que l’évaluation permet en effet de prendre du recul, de valoriser et ajuster les actions menées, mais aussi d’anticiper l’avenir et les évolutions.

L’évaluation régionale ne peut s’opérer sans la contribution directe des GAL, telle que précisé dans le règlement européen. Pour autant, il s’agit de ne pas alourdir le dispositif de suivi et d’évaluation, que les animateurs locaux conduisent par ailleurs déjà sur leur propre territoire.

Dès lors, à mi-parcours, les questions évaluatives et les indicateurs retenus par le groupe de travail veillent à s’appuyer en grande partie sur des données existantes. Pour l’évaluation finale des programmes LEADER,

des indicateurs de résultats ont été identifiés, avec des modalités de collecte simples et opérationnelles pour que chaque GAL puisse contribuer aisément. Il s’agit d’anticiper dès à présent leur collecte pour permettre à la Région de disposer de données homogènes et fiables sur l’ensemble de son territoire. Ce référentiel peut constituer une base de travail privilégiée pour les évaluations locales que doivent par ailleurs conduire les GAL.

Ces éléments ont été partagés auprès de l’ensemble des GAL LEADER de la région Centre-Val de Loire, le 9 juillet dernier. Le lancement récent de la démarche d’évaluation régionale est l’occasion de sensibiliser de nouveau les territoires sur ces sujets.

Guide pratique de la Coopération 2014-2020

La coopération interterritoriale représente, dès les débuts du programme LEADER, l’un de ses piliers, constitutive d’une plus-value reconnue pour les territoires. La Commission européenne alloue ainsi depuis plusieurs années des fonds spécifiques conséquents, souhaitant encourager les échanges interterritoriaux mais aussi transnationaux entre GAL.

L’intérêt de la coopération a été démontré par plusieurs études : atteinte d’une masse critique nécessaire au développement des projets, réduction des coûts grâce aux économies d’échelle, évolution et amélioration des politiques locales grâce à l’échange avec d’autres territoires expérimentés, identification de nouvelles solutions à des enjeux locaux par la complémentarité des savoir-faire, etc. Autant d’arguments qui ont conduit les GAL français à mener à bien plus de 250 projets de 2007 à 2013, dont 33 en région Centre – Val de Loire.

Pourtant des difficultés persistent. Force est de constater que la coopération, même si son intérêt de principe est reconnu, n’a pas toujours été considérée comme prioritaire, voire a été vécue comme une contrainte difficile à mettre en œuvre par les GAL. Le temps à consacrer, le faible intérêt perçu par les acteurs locaux, l’ingénierie nécessaire, la barrière de la langue, la complexité du montage juridique et administratif, autant de freins constatés, en particulier pour la coopération transnationale.

C’est pourquoi le Réseau Oxygène a souhaité réaliser un guide pratique sur la coopération, synthétisant un certain nombre de ressources existantes et présentant une série d’exemples en la matière. 4 GAL volontaires se sont réunis pour élaborer ce guide qui a été diffusé à l’ensemble des GAL de la région Centre – Val de Loire.